Tourbillon de nuit

Fini les smartphones sous les doigts, les écouteurs sur les oreilles et les regards dansle vague. Les peaux jeunes et lisses s’étirent en sourires radieux. Un vrai verre de vin finit d’être dégusté entre des groupes d’étudiants grisés. Le brouhaha des conversations couvre le bruit de la rame. Cheveux bleus, dreadlocks et piercings ont remplacé les costumes sombres. La vie leur appartient. Le RER aussi cette nuit, qui emporte dans un tourbillon leurs vies pleines d’avenir et de rêves. Bientôt minuit en revenant de Paris. 

  

Cet article a été publié dans Notes de train. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s